Reporting RSE : comment en faire un outil d’embarquement des publics ?

25 février 2022

Les citoyens sont des consommateurs engagés. Ils sont de plus en plus nombreux à attendre des actions concrètes de la part des entreprises. Selon une étude Kantar parue en octobre 2021, le pourcentage de ménages « éco-engagés » est passé de 16% en 2019 à 22% en 2021, et devrait atteindre 50% d’ici 2029.

Si les entreprises l’ont bien compris et s’engagent de plus en plus, elles ne communiquent pas forcément de la bonne manière, et ont du mal à convaincre de la sincérité de leur démarche. Car cet exercice est périlleux. Et cela se ressent dans la perception de leurs actions. D’après une étude Harris Interactive pour le mouvement Impact France, publiée en février 2022, 75% des Français sont méfiants à l’égard des engagements sociaux et environnementaux des entreprises. Et le problème touche aussi les collaborateurs, qui sont nombreux à exprimer des réserves. Seuls 43% d’entre eux estiment que la démarche RSE de leur entreprise est un engagement sincère, selon un Baromètre du groupe Cegos, datant de septembre 2021. Pourtant, 86% se disent prêts à s’investir.

Alors comment faire face à cette méfiance et à ces attentes grandissantes ?

Entre autres, grâce au rapport RSE ! En repensant son rôle.

Car le rapport recèle toute la matière pour devenir un formidable outil de communication et d’embarquement, d’abord pour les équipes internes, et aussi pour les parties prenantes externes. Lorsqu’il est bien conçu  et bien promu, il permet à l’entreprise de prendre le temps de raconter et de faire valoir l’ensemble de ses actions et accomplissements, sur tous les sujets environnementaux et sociétaux sur lesquels elle a un impact.

En interne, le rapport RSE peut donner envie aux collaborateurs de s’impliquer, au quotidien, pour faire avancer collectivement l’entreprise dans le bon sens. Il peut opérer un vrai travail d’évangélisation et de partage des bonnes pratiques mises en place. En donnant du sens à chacun, il génère la fierté et la volonté de contribuer au sein de l’entreprise. À la condition que les équipes en aient une bonne compréhension et une bonne lecture. Cela passera par différents principes de réalisation comme la vulgarisation des sujets par exemple ou la mise en avant des actions par les employés eux-mêmes.

En externe , le rapport RSE peut devenir une invitation à découvrir les coulisses de l’entreprise et à comprendre ce qu’elle fait réellement pour transformer ses façons de produire, de délivrer, ou d’apporter du service. Il peut aussi permettre de rencontrer les hommes et les femmes qui font l’organisation et participent à sa transformation. Car ce rapport est désormais consulté par un public très hétérogène, des ONG jusqu’aux leaders d’opinion, en passant par les journalistes, les fonds d’investissements ou les collectivités .

Chez LinkUp Factory, nous accompagnons les entreprises pour repenser ce rapport et le transformer en un support de communication identitaire. Nous estimons qu’il est temps de dépasser son cadre normé et réglementaire pour en faire un véritable objet de communication : attractif, créatif, et motivant.

Cet article vous a intéressé et vous avez envie d’entendre les principes à adopter pour faire de votre rapport RSE un support de communication puissant ? De voir des exemples de reporting novateurs et inspirants ? Inscrivez-vous à notre visio-conférence « Reporting RSE : comment en faire un outil d’embarquement des publics ? » en cliquant ici