Kid’z en forme ou comment la télé devient un instrument de santé publique pour les enfants

17 mars 2022

Comment maximiser l’impact de programmes courts de prévention nutrition santé à destination des enfants ?

 

Plus d’une heure par jour devant les écrans pour 52% des enfants de milieux modestes (vs pour 25% des enfants de cadres) et une moyenne de 2h22 par jour devant la télé chez les 4-6 ans*. Ces mêmes écrans peuvent-ils être des leviers pour inciter à adopter des comportements plus favorables à la santé ?

 

C’est le défi que nous avons relevé en réalisant les programmes courts Kidz en Forme en réponse à l’appel d’offre de l’ANIA et des industriels de l’agro-alimentaire. En effet, ils sont de nouveau engagés avec les pouvoirs publics – charte 2020-2024 – pour produire des programmes audiovisuels visant une alimentation saine et durable et des comportements favorables à la santé, notamment chez les enfants.

 

Depuis plus de 10 ans, Linkup et ses spécialistes du marketing social (sciences comportementales) accompagnent les équipes de la coordination nationale du programme VIF – Vivons-en-Forme –, un programme de prévention de l’obésité de l’enfant et du vivre mieux pour toute la famille aujourd’hui déployé dans plus de 250 villes en France. Ce programme thématique unique mobilise les acteurs locaux au plus près des enfants et de leur famille, en ciblant plus particulièrement les besoins des familles plus modestes.

 

Et ça marche !

En 2021, les résultats du programme ont été reconnus au travers d’une publication démontrant l’efficacité de l’approche pour faire reculer la prévalence du surpoids et l’obésité chez l’enfant dans les 4 villes suivies pendant 4 ans** (Publication BMC public Health).

 

Aussi, pour concevoir les programmes courts Kid’z en Forme, nous nous sommes appuyés sur les travaux réalisés dans le cadre de l’animation du programme VIF.

 

Concrètement, cela a consisté à suivre 4 étapes pour chaque sujet concerné, qu’il soit lié aux habitudes alimentaires des enfants, à la baisse de l’usage des écrans et de son corolaire, la sédentarité, ou de sujets liés au recyclage des déchets.

 

1/ Étude approfondie de la littérature – interventions publiées déjà réalisées sur le sujet en France ou à l’étranger – mais aussi des freins et des leviers potentiels pour inciter aux changements, sachant que les routines de vie sont bien ancrées dans la vie des enfants et de leur famille.

 

2/ Co-création autour des insights identifiés avec des acteurs de terrain présents dans les villes VIF et des spécialistes du sujet. Par exemple, pour les temps d’écran, nous avons bénéficié des éclairages de responsables de médiathèques ou de ludothèques.

 

3/ Mise en perspective avec les concepts psychologiques ou sociologiques bien documentés chez les enfants : influence des pairs, besoin d’autonomie et la fierté qui y est associée, rejet des injonctions et respect des prérogatives parentales, identification à des situations ou des personnages aspirationnels, apprentissage par l’expérience…. Cette étape est clé pour définir le concept créatif des films et les contenus propres à chaque thème.

 

4/ Test des dispositifs proposés en conditions réelles grâce à la collaboration d’équipes locales et des animateurs de VIF. Une étape essentielle pour évaluer leur adéquation mais aussi pour les optimiser.

 

Comme de nombreux travaux issus des sciences comportementales l’ont souligné, il ne suffit pas de savoir ce qu’il faut faire pour changer ses automatismes et ses habitudes de vie. Les approches doivent à notre avis aller bien au delà de la seule pédagogie et être combinées à des propositions beaucoup plus complètes, pensées pour susciter l’engagement, non seulement des enfants mais aussi de tout leur écosystème.

 

Gageons que ces programmes suscitent l’envie d’aller plus loin et d’étendre plus largement les programmes multi-acteurs – tel que Vivons-en-forme – fondés sur des bases comportementales solides, celles préconisées notamment par la méthode du marketing social.

 

Découvrez les programmes Kid’z en forme ici

** Téléchargez la publication du BMC Public Health  –>  Constant_et_al-2020-BMC_Public_Health

*DREES, La santé des élèves de CM2 en 2015 : un bilan contrasté selon l’origine sociale, numéro 0993, février 2017  et  Etude Ipsos pour la chaine Gulli  https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/618/reader/reader.html#!preferred/1/package/618/pub/619/page/6